Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Systèmes de Transports

Les différents types de métro

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 3 avril 2007 (modifié le 10 janvier 2008)

Le métro est un train à vocation de transport urbain, circulant en mode guidé sur site propre intégral, généralement en souterrain mais pas exclusivement : on parle alors de métro aérien. Il dispose d’une plate forme qui lui est propre, non carrossable et non interfacée avec la voirie. Il est entièrement guidé et surtout l’espacement des trains est régulé par cantonnement contrôlé par un système d’exploitation centralisé.

Les métros sont soit dotés d’un conducteur, soit entièrement automatiques, ils peuvent être à roulement fer ou sur pneumatiques.

MF 2000 Paris
MF 2000 Paris
Métro sur fer de dernière génération
Les métros fer :

_ Les métros sur fer sont des systèmes ferroviaires classiques, qui circule sur des roues roulant sur des rails classiques à écartement normal.

_ Ils constituent la majeure partie du réseau historique de la RATP. On ne retrouve pas cette technologie dans les villes de Province. [1]
Les métros pneus :

_ Ce type de métros circule sur des roues équipées de pneumatiques relativement comparables aux pneus routiers, par opposition au matériel ferroviaire classique. Il nécessite une voie spécialement aménagée comportant deux bandes de roulement encadrant les rails.
Outre les roues pneus, les essieux conservent des roues en acier classique. Ces roues sont en sustentation en usage normal du train.

_ Les roues à pneus assurent les fonctions de traction et de freinage, celles en acier servent en cas de secours (crevaison) ainsi qu’au guidage dans les aiguillages. Les bogies comportent également des roues horizontales plus petites assurant le guidage latéral des véhicules.

_ Les métros pneus permettent d’avoir de meilleures performances qu’avec le matériel classique sur fer : du fait d’un contact roue/rail offrant un coefficient d’adhérence bien supérieur, on a une meilleure accélération au démarrage, un meilleur freinage, et un franchissement de déclivités plus importantes. De plus, de par la nature des matériaux on améliore la tenue sur les lignes aériennes en cas de mauvaises conditions climatiques, le bruit de roulement est plus faible (important pour les lignes aériennes) par suppression du crissement dans les courbes à faible rayon.
Métro sur pneus de Lyon : MPL85

_

Métro sur pneu de Paris : MP89
Métro automatique de Paris :
Métro automatique de Paris :
Le MP89CA abrité derrière les « façades de quai »
de la ligne 14 (Météor).

_

Métro automatique de Lille :
Métro automatique de Lille :
VAL208
Les métros automatiques :

_ Les métros purement automatiques : parmi lesquels on ne trouve actuellement que du matériel pneu en France [2], sont dépourvus de postes de conduite classique.

_ L’automatisme intégral géré à partir d’un PCC permet de se dispenser de conducteurs et de garantir une grande précision dans le mouvement des trains et une disponibilité parfaitement adaptée à tout moment. Un mini-poste peut être activé dans certaines situations dégradées.

_ On parle de métro lourd à propos de Météor (largeur d’environ 2.50m) et Maggaly (largeur d’environ 2.90m)ou léger le VAL par exemple qui présente un gabarit réduit (largeur d’environ 2.10m).

_
Métro automatique de Lyon :
Métro automatique de Lyon :
MAGGALY

[1Il existe la ligne C à Lyon qui est un métro fer avec la majeure partie de sa ligne en section à crémaillère. Cependant, au titre de sa technologie crémaillère, la ligne C de Lyon relève en partie de la réglementation des remontées mécaniques.

[2Il existe deux systèmes à roulement fer fonctionnant en automatisme intégral, un premier à Singapour et un second à Kuala Lumpur.